Retour

LA GUERRE

 ...Elle va bouleverser et transformer le monde ...mais aussi la BD

Image

     Au debut de la guerre, les illustres paraissent presque normalement, il y a  des restrictions de papier et des dessinateurs partent au front.
Mais tout s'accelere, les allemands prennent l'offensive et deferlent sur Paris qu'ils occupent ainsi une bonne partie de la France, jusqu'au fleuve Loire a la mi-juin 1940.

     Les illustres cessent momentanement de paraitre,
(Pendant un temps, la zone sud sera dite " zone libre " mais avec un gouvernement de collaboration qui s'installe  dans la ville de Vichy ou de nombreux hotels sont vides et peuvent etre requisitionnes rapidement.
  Les francais ne pourront franchir cette frontiere interieure et plus tard les allemands occuperont le pays entier.)
Comme des institution s'installent en zone sud, certains grands titres d'illustres suivent , ils s'installent a Nice, Vichy, marseille, Lyon, Limoges et Clermont Ferrant, comme le journal de Mickey entre Nice et Marseille.
Certains disparaitrons, d'autres naitront dont les destins seront divers.

      La route du fer est coupee...
                        ...celle de la BD egalement...
                      le materiel americain n'arrive plus...

 (le meme cas de figure se produit egalement ailleurs, en Belgique, en Angleterre, en Australie, ainsi qu'au Canada ou le gouvernement fait couper l'importation de tous les produits superflus au noms de l'effort de guerre.)

     C'est le temps des createurs nationaux qui vont prendre la place.

En zone occupee, les titres qui tentent de survivre ont leurs problemes, censure ou penurie de papier.
A partir de 1942, les autorites reservent le papier de presse aux journaux collaborateurs, la presse pour enfants n'est donc pas prioritaire : Lisette, Hurrah et tous les autres titres disparaissent jusqu'a la liberation.
   seul tient bon localement le breton O lo lé a Lendernaux.

Image
Image

     Mais les nazis comprennent l'importance des illustres pour la manipulation des jeunes esprits en zone occupee, des la mi-janvier 1943 et tous les 15 jours, parait " le temeraire " , illustre francais d'orientation pro-nazi et raciste, (il disparaitra a liberation en aout 1944.)
d'allure moderne,8 pages, 4 en couleurs, 4 en noir et blanc, avec un format à laméricaine (29x39 environ), pour lui, pas de restriction de papier.
y travaillent des auteurs connus de la BD de l'époque qui n'ont plus d'autres debouches (je ne citerais aucun nom),
sa situation de monopole est exeptionnelle et il tirera jusqu'a 150 000 exemplaires vendus en kiosque qui sont vite epuises,
Dans un pays prive de tout, les jeunes lecteurs decouvrent des recits d'aventure, d'action et de science-fiction.

Image

1944
La France est liberee...la BD aussi...
 il se produit d'etranges retournements, " le temeraire " disparait, mais on retrouvera rapidement ses auteurs au travail dans de nouveaux magazines pour les enfants, alors que ceux de la presse adulte ont de serieux ennuis durant cette sanglante periode appelee " epuration ".
Seul l'un d'eux, Vincent Krassousky dit " Vica" etranger, ayant fuit la  russie bolchevique, profondement antis-sovietique ( ce qui n'est plus de saison), parlant mal le francais sera juge et condamne a 1 ans de prison, une amande de 1000f et l'indignite nationale.

     La presse reparait , la presse BD aussi
mais le  papier n'est pas pour n'importe qui, en plus des capitaux, il faut des garanties politiques,
Les communistes ont gagne leur respectabilite par leur courage en temps de guerre, ils lancent leur propre illustre " jeune patriote " qu'ils remplacent rapidement par un autre titre qui deviendra mythique :  " Vaillant " que des militants vendent aux coins des rues.

Image

     Jusqu'en 1945 la publication des illustres est soumise a la censure militaire, une autorisation de paraitre et l'obtention du papier rationne jusqu'en 1946.

     La vie reprend, on veut rever et se distraire, les titres se multiplient de nouveaux. Beau temps pour la bd.
Sauf pour les comics qui ne retrouvent pas toute leur place d'avant guerre, les editeurs catholiques les trouvent trop violents, les editeurs de droite defendent la specificite francaise, les editeurs communistes les trouvent trop...americains, les dessinateurs francais veulent garder les places gagnees par leur travail, bref tout le monde est d'accord contre eux.

     Au sud du pays, des maisons d'editions evacuees s'installent definitivement a Lyon, Nice et Monte carlo,se specialisant dans les petits formats (poche) qui publient des histoires completes ( a base d'auteurs etrangers, surtout italiens).

     Le nombre de titre grandit de jours en jours, mais les lecteurs sont de plus en plus exigeant, le materiel etranger revient regulierement et de la-bas, au dela de la frontiere arrivent 2 grands titres belge Tintin et Spirou.

     C'est alors que La loi de 49 sur les journaux pour la jeunesse est votee...

Image
Picture